Les bois techniques défient l’imagination | Eurobois 2020
13 mars 2018

Les bois techniques défient l’imagination

Les bois techniques, comme le CLT ou le lamellé collé, issus de la seconde transformation du bois stimulent le marché de la construction. Les systèmes constructifs sont en pleine évolution. Focus sur l’usinage de ces matériaux.

Taillage XXL et assemblage ultra précis

Si ces matériaux ont peu changé techniquement ces dernières années, c’est leur taillage et leur assemblage qui sont au cœur des évolutions. Le marché attend des panneaux plus grands, plus techniques et en capacité à répondre à des normes de construction plus exigeantes. Désormais préparés et taillés en usine, la plupart des panneaux sont prêts à poser sur le chantier. Leur usinage devient de fait de plus en plus complexe. Le taillage doit être sans défaut et l’assemblage extrêmement précis. Enfin, les finitions sont bien souvent mises en visibilité par l’architecte, alors on leur demande également d’être beaux !

Pour Christophe Gramond, directeur commercial de Cosylva, fabricant de lamellé collé « Ces matériaux avaient des vocations mécaniques et aujourd’hui on leur demande en plus, de l’esthétique et du design. Nous sommes en train d’améliorer les produits mais ils resteront avec leurs imperfections.»


Le numérique et le Bim au service de la technicité

Les investissements machine ont été réalisés chez beaucoup de fabricants, notamment avec l’installation de robots de grande dimension pour le taillage. Compte tenu de la répétitivité et de la précision dans la fabrication, la commande numérique et la digitalisation se sont également imposées. Pour améliorer la coordination avec les autres intervenants, la démarche BIM est de plus en plus utilisée.

Pour Emeric Ledoux, chargé d’affaires chez Lignatec, pionnier français du CLT « Nous prenons plus de temps pour finaliser les fichiers de taillage avec tous les acteurs et moins de temps pour fabriquer. On va très loin dans la préparation du chantier.»

La machine numérique, plus régulière dans la production, remplace progressivement l‘homme. Mais pour autant celui-ci n’est pas éliminé de l’atelier. Les compétences sont déplacées vers la programmation et la commande des machines mais aussi vers la reprise de finitions pour livrer un produit parfait. Par ailleurs, les taillages de grande taille sont aussi plus chers, mais ce surcoût est compensé par la simplicité de mise en œuvre qui optimise la compétitivité du levage.


Imagination sans limite

Grace à l’augmentation des capacités de ces nouveaux matériaux, l’imagination n’a plus de limite. Il n’y a plus de freins dans la conception, la construction, et la fabrication. Il est possible de construire des bâtiments irréalisables auparavant, comme par exemple des bâtiments atypiques comme la Cité du Vin à Bordeaux ou de grande hauteur qui répondront parfaitement aux normes sismiques.

Christophe Gramond explique « Chaque bâtiment est un prototype et nous produisons un prototype en 3 à 4 semaines, alors que pour réaliser le prototype d’une voiture, il faut plusieurs mois. C’est une vraie performance ! »

Usinage_materiaux-1.jpg  Usinage_materiaux-2.jpg
Photo Anaka/ La Cité du Vin / XTU Architectes - Photo Anaka/ La Cité du Vin / Casson Mann


Voir la vidéo du plateau Bati-Journal TV sur l’usinage des nouveaux matériaux

RETOUR AUX ACTUS

Partager cette page :
12 mars 2018

L’agencement fait sa révolution

La personnalisation et le digital ouvrent la voie d’une transformation profonde du secteur de l’agencement. Avec un crédo, l’innovation. Et des produits et des services qui placent les artisans dans une nouvelle dynamique de compétitivité.
Lire la suite
14 mars 2018

La maintenance à l’ère du digital

La filière bois entre dans l’industrie du futur avec la mise en place de la maintenance prédictive qui va bouleverser le business model d’aujourd’hui.
Lire la suite

Abonnez-vous à notre news !

Pour recevoir notre newsletter, merci de remplir les champs ci-dessous

© 2017 tous droits réservés. Mentions légales