22 septembre 2017

Sciage 4.0, l’Industrie du Futur c’est maintenant !

Acteur français des constructeurs de machines pour l’industrie du bois, le Groupe Finega qui couvre l’ensemble de la 1ère transformation, vient de lancer le sciage 4.0. Ce process complet, intelligent et interconnecté est une révolution pour le métier de scieur. Entrons dans l’Industrie du Futur avec Michel Loyet, le dirigeant de Finega.

Une réponse aux enjeux des scieries

Quel que soit leur taille, les scieries Françaises évoluent dans un contexte national ou international concurrentiel avec des contraintes d’une ressource forestière hétérogène, souvent chère au regard de sa qualité, qui nécessite d’être valorisée au maximum, avec un coût de transformation en phase avec le prix de marché. La solution passe par un process de sciage flexible, automatisé, réactif et configurable, qui s’adapte au marché. Il doit tenir compte de la matière première et optimiser au maximum le rendement matière de chaque grume tout en réduisant le coût de sciage au m3.

Un système qui traite 2 grumes à la minute

Pour relever ce challenge, le Groupe Finega qui regroupe des fabricants français de renom, MEM, SEGEM, Gillet-Rennepont, CIRIS ou encore EGA est parti de machines existantes. Il les a fait évoluer pour y intégrer un scanner 3D et constituer une ligne de sciage robotisée, automatique et connectée. Le scanner 3D réalise une prise de vue de la grume et détermine l’orientation dans l’espace qui permettra un traitement optimum en minimisant les chutes. Pas la peine de trier les grumes en amont, chaque grume est analysée et traitée individuellement. A partir du scan, la ligne de sciage se met en route pour aboutir au produit fini souhaité. Les machines sont interconnectées et informent les autres de ce qu’elles ont fait et de ce qu’il reste à faire. Des caméras IP intelligentes sont également positionnées sur la ligne de sciage pour remplacer l’œil humain. Tout est enregistré.

"La production est fluide. Elle ne s’arrête jamais, avec un rendement maximum" Précise Michel Loyet.

Une ligne de production qui fonctionne seule

Plus besoin d‘opérateurs ! Un outil de supervision dialogue avec les machines. S’il détecte une baisse de régime ou de productivité, soit il autocorrige, soit il alerte. Un contrôleur est là pour vérifier le bon fonctionnement de la ligne de sciage, mais il n’interfère pas avec le système. Par contre, celui-ci est en contact avec un cloud sécurisé, « CloudMill », qui collecte en temps réel un flot de données de production des machines. Pour assister les clients et garantir un fonctionnement optimal et pérenne de la scierie 4.0, les spécialistes Finega peuvent aussi se connecter au cloud et intervenir à distance en cas de problème.

"Nous ne vendons pas uniquement des machines, mais tout un service d’assistance. Les spécialistes ne sont plus chez nos clients, ils sont chez nous !" Complète Michel Loyet.

En plus, les machines sont évolutives. Les scieries peuvent s’équiper progressivement, brique par brique. Si elles acquièrent une seule machine de la ligne, elle sera déjà pré équipée et prête à être connectée dans un 2ème temps avec les autres modules.

Les big data, l’enjeu de demain

Le cloud de Finega n’enregistre pas moins de 2500 données par grume. Exploitées à 50 % environ aujourd’hui, elles permettent de gérer les approvisionnements, les stocks, mais aussi d’améliorer la rentabilité et mieux gérer l’activité : un outil stratégique pour le chef de scierie. Mais, il reste encore à développer les algorithmes intelligents de demain pour traiter les milliers de données collectées.

« Un formidable gisement pour aller plus loin encore dans l’Industrie du Futur, optimiser davantage les outils de production, assurer une maintenance prédictive intelligente et permettre aux scieries moyennes d’accéder plus facilement à la technologie." conclut Michel Loyet.

Découvrez en vidéo le sciage 4.0

Vidéo_FINEGA.jpg

  Crédit vidéo : Finega

RETOUR

Partager cette page :
25 septembre 2017

Construction bois : bientôt l’envol

L’enquête nationale de la construction bois réalisée en 2016 auprès de plus de 1000 entreprises pointe des signaux positifs, dans un contexte de reprise. L’arrivée du label E+C- devrait confirmer ces perspectives.
Lire la suite
25 septembre 2017

Construction bois : bientôt l’envol

L’enquête nationale de la construction bois réalisée en 2016 auprès de plus de 1000 entreprises pointe des signaux positifs, dans un contexte de reprise. L’arrivée du label E+C- devrait confirmer ces perspectives.
Lire la suite

Abonnez-vous à notre news !

Pour recevoir notre newsletter, merci de remplir les champs ci-dessous

© 2017 tous droits réservés. Mentions légales